Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
Sahra.me

Les projets ''Noor Laâyoune’’ et ‘’Noor Boujdour’’, des atouts majeurs pour le développement durable de la région

Rédigé le 15/12/2017
MAP


Laâyoune - Les projets de réalisation des futures centrales solaires Noor Laâyoune et Noor Boujdour, actuellement en phase des travaux préliminaires, constitueront indéniablement des atouts majeurs en termes de développement économique et social et de la préservation de l’environnement dans cette partie du Royaume.

Avec une puissance totale de 100 mégawatts (MW), ces deux centrales photovoltaïques devront contribuer au renforcement du réseau électrique national, tout en générant des retombées socio-économiques importantes accompagnées d’une amélioration de la situation de l’emploi permanent et la création de postes d’emploi temporaires aux populations locales pendant la phase des travaux, outre la valorisation de la ressource solaire.

A ce titre, il est utile de souligner que le chantier de promotion de l’énergie solaire dans cette partie du Royaume est très prometteur puisque ces deux futures centrale seront implantées dans des sites très ensoleillés à longueur d’année.

S’inscrivant dans le cadre de la promotion des mécanismes de développement propre au Maroc, ces deux projets permettront sans nul doute de positionner la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra en tant que hub des énergies renouvelables, grâce à son énorme potentiel dans les domaines de l’éolien et solaire.

Déjà en 2014, le secteur des énergies renouvelables dans la région a été renforcé par l’inauguration du parc de production d'énergie éolienne à Tarfaya, le plus grand du genre en Afrique, avec une production de 300 MW grâce à 131 turbines.

Aujourd’hui, avec les projets Noor Laâyoune et Noor Boujdour, la région est engagée dans une nouvelle démarche de valorisation du potentiel solaire.

S’agissant de la centrale Noor Laâyoune, sa réalisation nécessitera une enveloppe budgétaire de plus de 1,3 milliard de dirhams. D’une puissance projetée de 80 MW extensible, cette centrale sera implantée à proximité de la ville de Laâyoune, sur un site d’une superficie totale de 1.580 ha, relevant de la commune rurale de Dcheira.

Selon l’étude d’impact environnemental et social du projet, le choix du site du futur complexe solaire au niveau de Laâyoune est essentiellement lié au fort ensoleillement caractéristique des lieux. En effet, la région de Laâyoune jouit d’un important gisement solaire, avec une moyenne annuelle de l’irradiation globale horizontale (GHI) assez importante se situant dans une plage entre 2100 et 2250 kWh/m².

Les autres critères qui ont appuyé le choix du site de Laâyoune sont liés à la topographie plane des lieux permettant l’optimisation du rendement des futures centrales du complexe.

De même, le site se trouve à l’écart des principales zones habitées et ne nécessite en conséquence aucun déplacement de population. Il est également localisé en dehors de toute activité touristique protégée, et de toute zone naturelle sensible.

Pour ce qui est de la Centrale solaire de Boujdour, dont la réalisation nécessitera un montant d’environ 334 millions dirhams, le choix de son site est dicté par son gisement solaire important (l’irradiation globale horizontale s’y situe entre 2100 et 2250 kWh/m2). Le site répond de même aux besoins du projet en termes de superficie (1.735 ha). A cela s’ajoutent des facteurs naturels favorables (pente faible, qualité du sol, absence d'obstacle au sud), l’éloignement de la population (14 km à l'est de la ville de Boujdour), en plus de l’absence d’un site d'Intérêt biologique et écologique, de monument historique ou site archéologique à proximité.

L’évacuation de l’énergie électrique produite par la centrale solaire de Boujdour sera effectuée sur la ligne électrique 225 kV existante.